Citation

La Lecture, elle, reste ma seule réalité. Je la sens, je la palpe, je la renifle. Les mots glissent sur mon palais, me retournent le cerveau, semblables aux drogues les plus puissantes.

La forêt des ombres, Franck Thilliez


lundi 30 janvier 2012

Anne Laure Bondoux, Les larmes de l'assassin





 L'homme et la femme Poloverdo avait un enfant qui poussait comme le reste sur cette terre, c'est-à-dire pas très bien. Il passait ses journées à courir après les serpents. Il avait de la terre sous les ongles, les oreilles décollées à force d'être rabattues par les rafales de vent, et s'appelait Paolo. Paolo Poloverdo.
C'est lui qui vit venir l'homme, là-bas, sur le chemin, par un jour chaud de Janvier. Cette fois-là, ce n'était ni un géologue, ni un marchand de voyage, et encore moins un poète.
C'était Angel Allegria. Un truand, un escroc, un assassin.

Un roman magnifique sur l'innocence et le mal, à travers le destin de trois personnages en quête de leur vérité.


Je suis très contente d'avoir pu découvrir ce roman qu'une amie m'avait prêté. J'ai mis un peu de temps à le lire, même s'il n'est pas si gros que ça!
Lorsque je me suis mise vraiment dans cette lecture, je ne l'ai plus vraiment quitté.
J'avais envie de connaitre les aventures de ces mystérieux personnages.


Le jour bouscule lorsque Paolo croise le chemin d'Angel, ce dernier le sauve en épargnant sa vie, mais ce sera à Poalo de changer aussi celle d'Angel.

En effet, cet enfant va apprendre à Angel à aimer.
L'ambiance du livre est très particulière, on sent des tensions, entre certains personnages, mais aussi tellement d'amour. Et c'est encore plus beau de le percevoir dans un être comme Angel Allegria.
C'était très intéressant de voir l'évolution d'un truand, d'un escroc, d'un assassin, en une personne qui aime, qui protège la seule personne qu'il va apprendre à aimer, à se sacrifier.


On ne lui jamais apprit à avoir de la compassion, à aimer quelqu'un, et ça nous rappelle à quel point une personne peut changer du jour au lendemain.
J'ai retenu deux choses essentielles en refermant ce roman.
Premièrement, l'amour nous apprend à changer pour devenir quelqu'un de meilleur.
Deuxièmement, personne n'est jamais complètement mauvais. Une personne n'est jamais parfaite.
J'ai beaucoup aimé cette fin, même si elle est cruelle.
J'ai trouvé le sacrifice d'Angel très beau, ce sacrifice montre en quelque sorte l'accomplissement de l'homme meilleur qu'est devenu Angel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire