Citation

La Lecture, elle, reste ma seule réalité. Je la sens, je la palpe, je la renifle. Les mots glissent sur mon palais, me retournent le cerveau, semblables aux drogues les plus puissantes.

La forêt des ombres, Franck Thilliez


lundi 15 avril 2013

Boris Vian, L'écume des jours



Me voici de retour pour l'article d'un roman que j'ai lu & terminé aujourd'hui en début d'après-midi.  Ce titre ne m'a pas vraiment beaucoup emballé, je vous avoue même que je me suis forcée à la fin pour tourner les pages parce qu'ils s'agissait d'une lecture commune organisée sur Livraddict.
J'ai trouvé l'histoire beaucoup trop loufoque pour que je m'accroche à la trame de l'histoire, aux personnages ou au style de l'auteur.

Je m'attendais un peu à ne pas trop accrocher parce que je ne suis pas super fan de l'absurde à la base. J'ai déjà lu "l’Étranger" de Camus l'année dernière en cours et je l'ai un peu plus aimé que "l'Écume des jours". Mais c'est vrai que le fait d'étudier Camus l'année dernière m'a aidé à mieux canaliser cette œuvre en classe et l'apprécier un peu plus.

Un passage qui m'a fait halluciner au début du roman:
"Colin reposa le peigne et, s'armant du coupe-ongles, tailla en biseau les coins de ses paupières mates, pour donner du mystère à son regard. Il devait recommencer souvent, car elles repoussaient vite. " 
D'autres passages du roman du même style sont à citer, et si vous êtes adepte du mouvement de l'absurde, ce livre vous donnera pleine satisfaction. J'ai dû passer à côté de pleins de choses dans ce roman, parce que pour être honnête j'ai dû sauter pas mal de passages pour arriver à la dernière page. C'est dommage mais je laisse ma place à quelqu'un d'autre. 

Parmi les personnages j’ai éprouvé de la pitié pour la plupart d'entre eux, Chick avec une addiction maladive pour Sartre, Alise qui se fait jeter après ce qu'elle endure pour supporter Chick, Colin et Chloé qui ne vivent pas une très longue histoire d'amour.
 Je ne suis pas pour ce genre de fin mélodramatique.

En gros voici le résumé :
On découvre Colin, son ami Chick et son nouveau cuisinier Nicolas dans les premiers chapitres. Nicolas fan de Jean-Paul Sartre (avec un côté gravement addictif), annonce à Colin qu'il a rencontré une femme, Alise qui se trouve être également la nièce de Nicolas. Peu de temps après Colin voulant lui aussi rencontrer une femme et vivre une histoire d'amour rencontre Chloé. Colin se marie.

Je vous laisse imaginer une suite (bien que ce ne soit pas genre de suite qui se devine...) mais je ne voudrais pas dévoiler le reste de l’œuvre.

En conclusion, je n'ai pas du tout apprécié ma lecture. Je ne pense vraiment pas lire d'autres romans de l'auteur avant un bon moment....







2 commentaires:

  1. C'est vrai que le côté loufoque du roman est assez déroutant au début, surtout si comme moi on ne connaissait pas Boris Vian et qu'on ne s'y attendait pas ! Mais j'ai quand même réussi à apprécier cet univers un peu particulier.
    Par contre, je suis d'accord avec toi, je n'aime pas du tout la fin qui est bien trop triste.

    RépondreSupprimer
  2. Un livre tout en poésie ... Magnifique.

    RépondreSupprimer